Visite Visite

Chapelles rayonnantes

Chapelle Sainte-Geneviève
Chapelle de sainte Geneviève - © Tekoaphotos

Sainte Geneviève (423-v. 512), vierge consacrée, est la sainte patronne de Paris. L'histoire raconte que c'est à l'emplacement de l'église qu'eut lieu la rencontre entre saint Germain d'Auxerre et la jeune sainte Geneviève.

À voir : toiles et fresques de Jean-François Gigoux (1841), représentant des scènes de la vie de la sainte.

Chapelle des saints patrons
Tristan et Charles de Rostaing - © JCH Nos saints patron : saint Germain d'Auxerre et saint Vincent, entourant la Trinité - © Tekoaphotos Nos saints patron : saint Germain d'Auxerre et saint Vincent, entourant la Trinité - © Tekoaphotos

À droite, statues de Tristan et Charles de Rostaing, à genoux, en prière (bienfaiteurs de la paroisse), par Michel Bourdin (XVIIᵉ siècle). Le retable d'autel, en pierre sculptée par Louis Desprez en 1840, représente les deux saints patrons de notre église : saint Vincent et saint Germain, entourant la Sainte Trinité, au centre. Les vitraux sont d'Etienne Thévenot.

Chapelle du Tombeau
ou de Notre-Dame-des-Mesches

Retable - © TekoaphotosÀ voir : peintures à la cire par Auguste Couder (scènes de la vie du Christ). Ci-contre, retable d'autel (1840) : Christ en croix entouré de l'Église (à gauche) et de la Synagogue (à droite). A l'extérieur, sur le bandeau supérieur, on peut voir les armes parlantes du fondateur de la chapelle, Jean Tronson, faites de tronçons de carpes : on appréciera le jeu de mots...

À la demande de Jean-Baptiste Lassus les vitraux (1838) sont inspirés de ceux de la Sainte-Chapelle Vitrail, détail - © Tekoaphotos Vitrail, détail - © Tekoaphotos et représentent différentes scènes de la vie du Christ. En particulier le lavement des pieds, la Cène, l'agonie à Gethsémani – avec les apôtres endormis –, saint Pierre voulant défendre son Seigneur.

Chapelle de la Bonne-Mort
Chapelle de la bonne-mort - © Tekoaphotos L'autel - © Tekoaphotos

À voir : Mise au tombeau par Henri Triqueti (1841) à partir d'un dessin de J-B Lassus. Dans le soubassement la résurrection du Seigneur, avec cette inscription : "Je suis la Résurrection et la Vie. Et tout homme vivant qui croit en moi ne mourra pas pour toujours" (Jean 11,25-26).

Vitrail au-dessus de l'autel - © Tekoaphotos Vitrail au-dessus de l'autel - © Tekoaphotos

Les vitraux sont d'Etienne Thévenot (1847) ; au-dessus de l'autel, de gauche à droite : saint Joseph, la Vierge Marie, le Christ et l'archange saint Michel. A droite saint Pierre, avec "ses clefs".

À voir également : à gauche une statue du Christ mort reposant sur les genoux de la Vierge Marie et la statue de sainte Philomène ; à droite sainte Anne et sa fille, la Vierge Marie.

La Vierge Marie recevant le corps de son fils - © Tekoaphotos Sainte Philomène - © Tekoaphotos Sainte Anne - © Tekoaphotos

La Pietà est l'oeuvre d'Hippolyte Bonnardel, 1859. La statue de sainte Philomène est dûe à Dominique Molchneht, 1841.

Chapelle Saint-Landry

Retable de l'autel, chapelel St-Landry - © Tekoaphotos Saint Landry a été le cinquième évêque de Paris (mort en 656). Il a fondé l'Hôtel-Dieu. Il était réputé pour son immense charité.

Sur le retable au-dessus de l'autel, le Christ en croix est entouré de quatre anges. De part et d'autre de ces anges : à gauche, Clovis II (633-647), roi de Neustrie et de Bourgogne et sainte Bathilde, son épouse ; à droite, saint Landry et Erchinoald (Archambaud), maire du palais de Neustrie de 641 à 658.

Une peinture de Joseph Guichard relate la vie et les miracles de saint Landry : ses reliques ont toujours été présentes dans l'église.

Ci-dessous les gisants d'Etienne III Aligre (à genoux) mort en 1677 et Etienne II Aligre (lisant) mort en 1633, chanceliers de France (copie d'après Laurent Mangnier).

Etienne Aligre III - © Tekoaphotos Etienne Aligre II - © Tekoaphotos

À voir également les vitraux d'Etienne Thévenot.