Retour Visite

Chapelles latérales, côté Sud, et retable de la Genèse et de la vie de Marie

Autour de l'ancienne sacristie

Porte de l'ancienen sacristie - © JCHAu-dessus de la porte on peut voir, au pied de saint Germain et de saint Vincent, patrons de l'église, la maquette en bois doré de Saint-Germain l'Auxerrois, ex-voto en action de grâces pour la restauration et la réouverture de l'églis en 1847.

À voir également : la glorification et la charité de saint Martin de Tours (317-397). A 18 ans, ce jeune soldat engagé dans l'armée romaine, et déjà réputé pour sa charité, fut saisi de pitié pour un pauvre transi de froid. Il fait deux parts de son manteau et lui en donne une. Le Christ lui apparaît le lendemain : "chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Matthieu 25, 40). Peintures de Victor Mottez (après 1840).

Chapelle des saints apôtres
Chapelle des saints Apôtres - © Tekoaphotos Chapelle des saints Apôtres

Chapelle dédiée aux douze disciples choisis spécialement par le Christ. Ils ont été les tout premiers évangélisateurs du Ier siècle, dès après la Pentecôte. Judas, celui qui a vendu le Seigneur pour 30 pièces d'argent – puis, pris de remords, s'est suicidé – a été remplacé par Matthias (cf. Actes des Apôtres 1,15-26). Les évêques sont les successeurs des apôtres.

À voir :
- vitrail Les Douze Apôtres d'après un carton de Viollet-le-Duc (1846),
- une peinture de Jules Quantin représentant les trois vertus théologales : la Foi, l'Espérance et la Charité.

Chapelle Saint-Pierre
Vitrail représentant Saint Pierre - © Tekoaphotos

Parmi les douze apôtres, trois ont eu une place particulière : Pierre, Jacques et Jean que l'on retrouve à des moments clefs de la vie publique du Christ, en particulier à sa Transfiguration (Matthieu 17,1-8) et à son agonie au jardin des Oliviers, le jeudi saint (Matthieu 26,36).

Pierre, lui, a reçu la charge de conduire l'Eglise et a été investi du "pouvoir des clefs" : "Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux. Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux" (Matthieu 16,18-19). Il a été le premier évêque de Rome (et, à ce titre, premier pape) et est mort crucifié mais la tête en bas, en signe d'humilité, comme son Seigneur, entre 64 et 70.

Pères et docteurs de l'Eglise

Les Pères de l'Eglise, nos "Pères dans la foi", sont tous des personnages (essentiellement des évêques) ayant eu une importance reconnue au niveau doctrinal. L'Eglise catholique attribue ce titre aux théologiens ou auteurs spirituels ayant vécu avant le VIᵉ siècle. Ils sont classés en deux groupes : les orientaux et les occidentaux, de l'école d'Alexandrie ou d'Antioche.

Saint Ambroise, saint Augustin et Saint Jérôme

Les docteurs de l'Eglise, eux, ont été déclarés tels tout au long des siècles à partir de 1295. Les quatre premiers nommés ont été : saint Augustin, saint Ambroise, saint Jérôme (représentés sur le tableau ci-contre) et saint Grégoire 1er. Il y en a actuellement trente-cinq, dont quatre femmes (sainte Thérèse d'Avila, sainte Catherine de Sienne, sainte Thérèse de Lisieux en 2007 et sainte Hildegarde de Bingen en 2012). Le titre de docteur n'est attribué qu'aux saints canonisés ayant apporté à l'Eglise une contribution doctrinale importante et souvent originale, marquant un charisme particulier. Ainsi saint François de Sales appelé "docteur de l'amour", saint Jean de la Croix "docteur mystique"...

À voir également : le tableau La Consécration de sainte Geneviève par Jacques Augustin Pajou, 1818, offert par Louis XVIII.

Ancienne chambre du prédicateur
Vierge à l'oiseau - © Tekoaphotos Porte de la chambre du prédicateur - © Tekoaphotos

À voir : au-dessus de la porte, Sainte Vierge, dite Vierge à l'oiseau (origine : Troyes, XVᵉ siècle) : l'oiseau est posé sur son bras droit. L'Enfant-Jésus semble le pointer de son doigt.

Retable de la vie de la Vierge

Ce retable, en bois sculpté et peint, date du début du XVIᵉ siècle (France du nord). Certains éléments ont été perdus.

Retable de la Genèse et de la vie de la Sainte Vierge - © Tekoaphotos

Les peintures actuellement visibles – dont l'Annonciation et le paradis terrestre – se trouvaient, à l'origine, au revers du retable.

L'Annonciation - © Tekoaphotos Adam et Eve au paradis terrestre - © Tekoaphotos

Les parties en bois sculpté représentent différents miracles opérés par la Vierge Marie, selon la tradition. On y voit également saint Luc l'évangéliste peignant la Vierge.

... - © Tekoaphotos Saint Luc peignant la Vierge Marie - © Tekoaphotos